Qu’est-ce que la prévoyance ?

La prévoyance fait référence à un contrat d’assurance individuel ou collectif qui permet de se prémunir contre tous les aléas de la vie liés à la personne. Elle est aussi bien utilisée à titre particulier que professionnel.

Un contrat d’assurance prévoyance couvre quatre risques majeurs : le décès, l’arrêt de travail, l’invalidité ou encore la dépendance liée à l’âge. Il a pour but de réduire les conséquences financières liées à ces évènements et de protéger sa famille d’une éventuelle baisse de revenus.

La prévoyance apporte une aide financière aux bénéficiaires de cette assurance pour faire face à chacun des risques etmaintenir le niveau de ses revenus.

Pour les indépendants (artisans, commerçants, agriculteurs, professions libérales), l’adhésion à une prévoyance est toujours individuelle, et relève bien sûr d’un libre choix.

En revanche, pour les salariés des entreprises et les fonctionnaires, l’adhésion peut se faire de façon individuelle ou collective. À garanties égales, la formule collective est beaucoup moins coûteuse que la formule individuelle. En effet, jusqu’à 60% des cotisationspeuvent être prises en charge par l’employeur ou l’administration.

La prévoyance collective peut être rendue obligatoire par un accord d’entreprise ou par la loi. Pour les cadres, c’est une convention collective qui en fait obligation aux employeurs, et cela depuis l’année 1947.Seuls les contrats collectifs et obligatoires sont assortis d’exonérations sociales et de déductions fiscales.

Les différentes garanties Prévoyance

L’incapacité de travail

L’incapacité de travail est une interruption temporaire totale de l’activité professionnelle. Cet état se matérialise par un arrêt de travail qui minore les revenus de l’assuré. Il reçoit alors des indemnités journalières de sa caisse de prévoyance et de son assurance complémentaire s’il a souscrit un tel contrat.

L’invalidité

L’invalidité est reconnue par la Sécurité Sociale, en cas de restriction ou d’impossibilité d’exercer une activité professionnelle de façon définitive. La caractéristique « partielle » ou « totale » dépend du taux d’invalidité. Ce taux est lui-même déterminé après expertise médicale et/ou d’après le barème prévu au contrat.

La perte d’autonomie

Cette garantie couvre le risque de dépendance lié à l’âge aussi appelé perte d’autonomie. La dépendance est définie comme la situation des personnes qui, malgré les soins qu’elles sont susceptibles de recevoir, ont besoin d’une aide pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou dont l’état nécessite une surveillance régulière.

Les maladies graves

S’assurer contre les maladies graves permet d’obtenir, de son vivant, un capital lorsque l’assuré obtient le diagnostic d’une maladie couverte par le contrat. Les maladies graves qui peuvent être inscrites au contrat par exemple sont les suivantes :

  • Cancer
  • Infarctus du myocarde
  • Accident vasculaire cérébral
  • Insuffisance rénale
  • etc.

Le décès

La couverture du risque décès consiste à assurer le versement de prestations aux bénéficiaires désignés en cas de décès de l’assuré. Les prestations sont définies sous deux formes : les prestations en capital et les prestations en rente.

Les garanties en capital

On définit le montant à verser aux bénéficiaires de l’assuré sous forme d’un versement unique au moment de son décès. Des garanties supplémentaires peuvent s’ajouter à ce capital. Parmi les plus courantes :

  • La majoration du capital de base en fonction des circonstances du décès.
  • Le versement par anticipation du capital décès en cas d’invalidité absolue et définitive.
  • la garantie « double effet » permettant le versement d’un deuxième capital lors du décès simultané ou postérieur du conjoint de l’assuré alors qu’il a encore des enfants à charge.
Les garanties en rentes

Les prestations sont échelonnées et versées aux bénéficiaires sous forme de revenus réguliers, généralement selon un fractionnement trimestriel (mais il peut être mensuel, semestriel ou annuel). Les contrats d’assurance distinguent deux types de rentes selon le bénéficiaire.

  • Les rentes de conjoint : elles sont destinées au conjoint survivant de l’assuré et peuvent être versées en plus ou en remplacement du capital décès, de façon viagère ou temporaire. Elle a pour but de compenser la perte de revenu entre le moment du décès de l’assuré et le moment auquel le conjoint pourra prétendre à la réversion des régimes de retraite complémentaires ARRCO et AGIRC. La rente viagère compense la perte des droits de retraite qu’aurait acquis l’assuré entre le moment de son décès et son départ en retraite.
  • Les rentes d’éducation : elles sont versées temporairement aux enfants survivants ayants droit de l’assuré. Leur versement peut être soumis, au-delà d’un certain âge, à une condition de poursuite d’études.

Comment souscrire une assurance prévoyance ?

Il faut dans un premier temps définir quels risques vous souhaitez couvrir et à qui profiteront les rentes. Ensuite, vous devez évaluer le montant des besoins financiers de votre famille en cas d’invalidité ou de décès. Enfin, telle qu’une assurance normale, vous verserez des cotisations mensuelles afin de constituer un capital.

Si l’un des risques survient, alors, vous ou vos bénéficiaires profiterez d’une rente mensuelle ou du versement d’un capital.

Ces solutions sont compatibles dans le cadre Madelin.